Les indicateurs de performances (KPI) dans la Supply Chain 


​Emmanuel MONLEAU 
Consultant et formateur 

Quels KPI choisir pour  mes achats, ma Supply Chain ou ma chaine logistique ? Cette question revient très souvent et pour cause, la réponse n’est pas aisée, car il existe de nombreux indicateurs, tous pertinents, mais il faut choisir les bons indicateurs au bon moment.

Qu'est ce qu'un KPI ou indicateur de performance ? 

Les indicateurs de performance, aussi appelés KPI pour Key Performance Indicator, peuvent être définis comme un moyen, objectif et concret, de mesurer un élément en évolution. Ces KPI sont souvent accompagnés de targets (des cibles) définies au choix comme :

  • Un but prédéterminé et fixé, un objectif (ex : une target fixée à 95% de taux de service)
  • Une limite à ne pas atteindre (ex : une limite de 2 rapports de non qualité par fournisseur)

Quel qu’il soit, l’objectif que vous vous fixerez se devra d’être SMART, c’est-à-dire Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et avec une contrainte de Temps.

Comment faut-il présenter un KPI ? 

Une étude de la Wharton School of Business montre que le management visuel accélère la prise de décision de 64% ! Qu’est-ce que cela traduit ? "Un indicateur vaut mieux qu’un roman !" ce qui peut paraître logique, mais encore faut il le mettre en oeuvre. 

Veillez donc à privilégier des indicateurs visuels simples et qui vont droit vers l'objectif fixé; 

illustration visuel de KPI
illustration KPI indicateur de performance formation achats

Pourquoi utiliser des indicateurs de performances (KPI) ? 

L’utilisation d’indicateurs dans le but de mesurer une performance assure une évaluation constante de l’activité. La conséquence directe, c’est que les fluctuations sont immédiatement visibles et si la performance mesurée évolue dans une mauvaise direction, des actions peuvent être rapidement prises afin de redresser la situation.

Quand un KPI atteint (ou excède) constamment l’objectif visé, vous pouvez alors décider de mettre la barre un peu plus haut et ainsi inspirer votre amélioration. Les KPI sont donc essentiels dans une démarche d’amélioration continue.

Ce qu’il faut retenir : les KPI nous donnent de la visibilité sur l’évaluation qualitative et quantitative de la performance d’une entreprise. Quand ils sont rigoureusement sélectionnés, les KPI montrent ce qui fonctionne bien et ce qui fonctionne mal. Des plans d’actions pourront alors être définis.

Quels KPIs utiliser ? 

Bon les KPI, Ok. Mais lesquels utiliser ?! Une mauvaise sélection de KPI va entrainer un reporting inutile et représentera tout simplement une perte de temps. Les KPI doivent forcément servir de base solide aux utilisateurs. Ils retranscriront les objectifs fixés par l’entreprise. Voici une liste non-exhaustive des règles d’or pour sélectionner des KPI efficacement :

  1. Vérifier que les KPIs soient bien en ligne avec les objectifs de l'entreprise
  2. Chaque KPI doit avoir son « propriétaire ». Ça peut être une personne ou un groupe de personnes
  3. Ils doivent être faciles à comprendre 
  4. Les KPIs s'expriment dans des mesures quantifiables 
  5. Chaque KPI comporte une target (valeur à atteindre, objectif) ou un treshold (valeur minimum à atteindre) 
  6. Les KPIs ne doivent pas se contredire 
  7. Les KPIs doivent être actualisés dans une fréquence définie 
  8. Plus l'indicateur est visuel, plus il sera compris et interprété rapidement 

Mais comment hiérarchiser ses KPIs 

Un point important est d’arriver à définir une certaine hiérarchie au sein de son portefeuille de KPI. En effet, un indicateur peut être trop général ou au contraire trop détaillé selon le niveau de la personne. Deux voir trois niveaux de hiérarchie peuvent être définis.

Le 1er niveau de hiérarchie pourrait par exemple être le niveau le plus général décrivant rapidement les principaux indicateurs. Ceux-ci peuvent montrer rapidement où en est le service concernant les objectifs fixés. Cela pourrait par exemple être le coût de la logistique (exprimé en % des ventes), la rotation de stock, le nombre de jour de stock…

Le 2e niveau de hiérarchie pourrait montrer le détail des fluctuations des KPI de 1er niveau. C’est un niveau où on trouve des explications des évolutions des KPI de 1er niveau. C’est à ce niveau que les plans d’actions seront plus détaillés et ciblés. On peut par exemple rencontrer des KPI comme la rotation de stock de produit finis, la rotation de stock des matières premières, coût de transport (en % des ventes), coût de production (en % des ventes) etc...

Bien sûr vous pouvez ajouter d’autres niveaux de hiérarchie mais attention : plus vous rajoutez de niveaux, plus votre système de KPI sera complexe.

Conclusion sur les KPI

Les KPI vont vous aider à piloter votre activité. La sélection ainsi que leur mise en place doivent être mûrement réfléchies afin d’éviter un reporting inutile. Si vous avez des doutes sur l’efficacité d’un KPI, c’est surement parce qu’il n’est pas optimisé à 100%. N’hésitez pas à développer les KPI avec l’ensemble du service concerné afin de collecter les besoins pertinent. 

>