L'analyse des risques Supply Chain 


​Emmanuel MONLEAU 
Consultant et formateur 

Effectuer une analyse des risques de sa Supply Chain est une mission difficile si l'on veut que cette dernière soit qualitative. Souvent considérée comme un fardeau, nous voyons l'analyse des risques comme une opportunité ainsi qu'une sécurité. Celle d'éviter des litiges ou des problèmes avant qu'ils ne se produisent. 

analyse des risques supply chain

 L'identification des risques est le premier pilier de notre méthodologie, et c'est le plus important car tous les autres en dépendent. En effet cette phase d'identification en gestion des risques doit donc être menée avec pragmatisme en couvrant tous les risques de la Supply Chain. Si vous êtes déjà à l’aise avec l’identification des risques, découvrez la suite de notre méthodologie sur la priorisation des risques.

Nous allons passer en revue un ensemble de risques, sans pour autant qu'ils puissent être exhaustifs.L'idée est d'alimenter votre réflexion avec des types de risques.

Risque pays 

Nous allons commencer notre analyse des risques par les risques les plus évidents, ceux qui viennent le plus souvent à l'esprit, ceux liés aux pays. Qu'il s'agisse du pays de fabrication, de stockage ou encore ceux par lesquels les marchandises transitent, il y a des dangers qui sont liés à des spécificités locales. Stocker des marchandises dans des lieux proches de la mer ou d'une zone sismique est évidement plus risqué mais parfois nécessaire. Le risque zéro n'existant pas, il est important d’analyser les risques avant de s'implanter et d'en tenir compte avant de prendre une décision. 

Lorsque vous analysez les risques de votre Supply Chain, commencez par lister l'ensemble des flux, l'ensemble des acteurs et enfin les pays concernés (lieux de production, lieux de stockage, lieux de transit). Vous pourrez ensuite mener une analyse des risques pour chacun de ces pays.

Risque environnemental 

En tête de liste la conséquence du réchauffement climatique, c’est-à-dire des événements naturels plus violents et plus fréquents. Ces événements climatiques ont des effets que nous ne pouvons pas ignorer dans notre analyse des risques. 

Par exemple, aux Etats-Unis 180 milliards de dollars de marchandise transitent chaque année sur le fleuve du Mississippi. Conséquence du réchauffement climatique, la sécheresse fait baisser le niveau du fleuve. Or chaque fois que le niveau baisse d'un pied (30cm environs) les bateaux doivent enlever 185 tonnes de marchandise, qui doivent transiter autrement (camion, avion, …).

Malheureusement ces événements sont difficiles à prévoir et souvent impossibles à éviter. Il convient donc d'anticiper les risques au maximum. Tsunami, cyclones, tremblement de terre… L’analyse des risques préalables permettra de faire le bon investissement au bon endroit,de réduire la vulnérabilité de la chaîne logistique et de tenir compte des événements qui pourraient se produire.

Autre exemple, l’acheteur agro-alimentaire tiendra compte du risque de grippe aviaire car celui-ci pourrait considérablement impacter le marché d’approvisionnement en vue des ventes de foie gras de fin d’année.


Risque géopolitique 

Le prochain risque en lien avec le pays, c'est celui lié à la géopolitique : instabilité du régime en place, insécurité des personnes, risque du transport de marchandise dans ces zones. Ces risques doivent absolument être pris en compte lorsque vous construisez les flux physiques de votre Supply Chain.

Prenons le cas du secteur automobile, avec un réseau de fournisseurs et de clients basés en Tunisie et au Maroc. Le plus simple pour faire transiter la marchandise entre ces 2 pays serait de traverser le désert algérien. Mais à cause des risques dans la zone, il est conseillé de faire le trajet en bateau. Cela implique pour un départ du Maroc, de passer par l'Espagne ou la France, où le container doit changer de bateau avant de partir pour la Tunisie. Donc un impact sur les délais de livraison et sur les coûts.

Il est donc préférable d'avoir une bonne analyse des risques, d'anticiper et prendre ses précautions (autre exemple augmenter son cout de transport pour réduire les risques de piraterie maritime).

Risque fournisseur 

Ces risques sont liés à la "commodity", c'est à dire la famille de produits que l'on fabrique ou que l'on transporte. Par exemple le risque d'explosion d'un camion sur la route n'est pas le même si l'on transporte du lait ou de l'essence.

Dans notre analyse il faudra par exemple tenir compte du risque sur la matière première : pénurie mondiale, délais d’approvisionnement très long ou hausses possibles. Si vous achetez des coffrets électriques : le coût de l'armoire est lié au cours de l'acier et le coût des câbles sont liés au cours du cuivre. Ces cours matière première sont donc à suivre de près en tant qu'acheteur, car une baisse significative du cours du baril de pétrole veut dire que d'ici quelques mois vous devriez acheter vos composants plastiques à meilleur coût. Et vice versa. Cette instabilité de vos prix d'achats est un risque qu'il convient de surveiller dans votre analyse des risques.

Risque financier 

Lorsque l'on parle de relation client/fournisseur nous avons inévitablement un lien financier qui se crée entre le client et ce fournisseur.

  • Que se passe-t-il si votre fournisseur ne paye plus ses propres fournisseurs ? Et bien ceux-ci décideront de ne plus livrer la matière première et la production du fournisseur s'arrêtera.
  • Que se passe-t-il si votre fournisseur ne paye plus ses salariés ? Et bien ils arrêteront de travailler et vous ne serez plus livré en matière première.
  • Que se passe-t-il si votre fournisseur fait faillit ? Il ferme la porte du jour au lendemain.
  • Que se passe-t-il si vous payez en retard votre fournisseur ? Vous ne serez plus livré jusqu'à ce que vous régliez votre facture.

Il n'y a pas de raison que votre fournisseur ne paie plus ses salariés ou ses propres fournisseurs. Sauf s'il a des problèmes financiers : une dette trop importante qu'il n'arrive plus à rembourser, ou le manque de rentabilité. C'est particulièrement le cas dans les entreprises manufacturières où le sous-traitant fait l'avance de trésorerie pour acheter la marchandise, la stocker, la transformer en produit fini, restocker le produit, pour au final appliquer un délai de paiement à son client.

Tous ces cas pourraient ne pas être graves s'il s'agit de produits standards, pour lesquels vous avez d'autres sources d'approvisionnement identifiées. Mais que se passe-t-il si ce fournisseur fabrique pour vous une pièce capitale ?

D'autres éléments sont à prendre en compte dans votre relation financière client / fournisseurs, particulièrement lorsque l'on achète à l'étranger. Par exemple l'impact du taux de change. Prenons l'exemple d'une entreprise de vingt millions d'euros de chiffre d'affaires qui achète pour dix millions d'euros (soit la moitié du CA). 60% de ses achats sont fait en Chine, soit six millions d'euros. Si le taux de change entre le dollar et l'euro varie de 10% du jour au lendemain les mêmes produits achetés coûtent 10% plus cher. Pour acheter la même quantité et les mêmes produits, cela vous coûte donc à la fin de l'année 600 000€ plus cher. C'est pour cette raison que certaines entreprises ont décidé d'acheter plus massivement en Europe car pour maîtriser la stabilité des prix il valait mieux payer les produits un peu plus chers mais toujours au même prix plutôt que de subir les fluctuations du marché et ne pas maîtrises ses coûts d'achats.

Risque relationnel 

Les relations avec votre fournisseur peuvent aussi être une source de risques. En effet, vous vous en êtes certainement déjà rendu compte au quotidien : nous n'avons pas les mêmes affinités avec chaque personne ou chaque collègue. Cela est aussi vrai des relations avec chacun de nos fournisseurs. Et pour cause : le tempérament, la barrière de la langue, l'historique viennent impacter notre relation et notamment notre manière de communiquer.

Vous travaillerez mieux avec un fournisseur avec qui vous avez un excellent relationnel car plus de transparence implique que vous devriez être informé en cas de risque,et vice versa. Par exemple la barrière de la langue : votre fournisseur parle un anglais approximatif et il mâche ses mots... bref chaque appel est un calvaire. Vous aurez naturellement tendance à limiter les communications avec cet interlocuteur, lui demandant de vous envoyer un email plutôt qu'un appel. Par voie de conséquence vous serez moins attentifs aux difficultés auxquelles il pourrait faire face. Cette difficulté de communication n'est pas un danger en soi, mais un facteur aggravant qui pourrait vous empêcher de voir un risque venir.

Il peut toutefois y avoir d'autres raisons : un fournisseur avec qui vous avez eu des négociations difficiles ou encore un fournisseur pour lequel vous ne représenteriez qu'un faible volume d'achat.

Vous seriez alors considéré comme un petit client et non prioritaire en cas d'arbitrage. Si par exemple sa production s'arrête et qu'il doit allouer le peu de stock qui lui reste, il l'allouera en priorité à ses clients importants. Cela peut aussi être le cas lorsqu'un fournisseur est dans une position de force, lorsqu'il est le seul sur le marché à proposer la solution ou si ce fournisseur est imposé par votre client final.

Risque légal 

Ce sont des risques qui peuvent vous mettre en difficulté d'un point de vue juridique. S'il est difficile à identifier, ce risque est très souvent couvert par les clauses du contrat, rédigées par des spécialistes de votre entreprise. Cependant cela reste compliqué de couvrir toutes les situations dans un contrat, sinon votre contrat ferait 30 pages et il deviendrait difficile de le faire signer.

Règle numéro une, mettre en place un contrat. L'adage dit "un mauvais contrat vaux mieux qu'un bon procès". Même si votre contrat n'est pas parfait et que vous n'avez pas réussi à négocier l'intégralité des clauses avec votre fournisseur, privilégiez la signature du contrat à une négociation qui s'étendrait indéfiniment dans le temps sans signature.

Règle numéro deux, canalisez votre énergie sur quelques clauses qui vous semblent particulièrement importantes. Parmi les éléments classiques du contrat il est important de citer la propriété intellectuelle (vous demandez à un fournisseur de développer un nouveau processus de fabrication, c'est vous qui payez les frais de R&D. In fine qui est propriétaire de cette innovation ?), le délit de marchandage, le disque de dépendance, International Trade Compliance, …

Risque industriel 

risque industriel

Très présent dans l'industrie, ce risque doit être considéré dans la l'analyse des risques. C'est d'ailleurs pour cela que l'on incite l'acheteur à se déplacer chez ses fournisseurs, voir leur organisation, comprendre leurs procédés de fabrication, l'état de leur parc machine... Ce sont autant d'indicateurs qui peuvent donner l'intuition d'un risque.

Je vous invite à vous former sur les procédures d'audit fournisseur car elles vous permettront d'acquérir des réflexes lors de vos visites. Par exemple, si la fabrication du produit que vous achetez requiert un processus de fabrication spécifique ou des machines spéciales, vérifiez que des actions de maintenance sont réalisées régulièrement. Cela réduira le risque qu'une machine tombe en panne et vienne perturber le flux des livraisons.

Un autre risque à prendre en compte dans votre analyse des risques c'est le capacitaire. Il représente globalement la capacité de production d'une entreprise. si le temps de découpe laser d'une pièce est de 10 secondes, vous avez la capacité de produire 6 pièces par minute. Pour en produire plus il vous faudra changer un paramètre, par exemple avoir deux machines qui travaillent en parallèle. 

Si votre activité est en croissance, vous allez vendre chaque année plus de produits. Par conséquence vous avez besoin d'acheter chaque année plus de marchandise auprès de votre fournisseur. Mais sont-ils en capacité de produire plus ? Ont-ils suffisamment de ressources ? Ont-ils de leur côté anticiper votre croissance et investi dans de nouvelles machines ? Il est donc important dans une analyse des risques de porter une attention au capacitaire de vos fournisseurs.

Risque logistique

Une fois les risques fournisseurs levés auprès des fournisseurs de la chaîne de fabrication, vous pouvez continuer le flux et analyser les risques liés à la Supply Chain.

Cela inclus les risques logistiques : des retards de livraison dus à des camions bloqués sur une route, des avaries lors des livraisons, des blocages en douane (souvent pour des enjeux documentaires), ...

Avec les flux migratoires qui sont de plus en plus importants, le contrôle routier lors du passage de la frontière se renforce. Tous ces contrôles viennent considérablement ralentir le flux de marchandise entre les deux pays. Par exemple en 2016 il y a eu plus d'1,6 millions de camions qui ont utilisé l’eurotunnel pour traverser la manche, et c'est sans compter ceux qui ont circulé par ferry. Les contrôles viennent donc naturellement ralentir les flux.

Risque produit

Lors de votre analyse des risques, ce risque va être lié à la typologie que vous achetez. Si vous travaillez par exemple avec des produits périssables, le risque de dépasser la date limite de consommation est clairement un danger lié au produit (le risque industriel pourrait lui aussi s'appliquer dans cette catégorie.)

La matière première est un élément à considérer dans son analyse des risques. Vous connaissez la fluctuation du cours du baril de pétrole ; le plastique étant un produit à base de pétrole le cours des matières plastiques est très lié au cours de l'or noir. Or comment réagit l'acheteur quand le baril de pétrole était à près de 150$ en 2008 pour atteindre 40$ l'année suivante ? L'acheteur doit en avoir pris conscience dans son analyse de risques et pouvoir anticiper les menaces ou profiter des opportunités.

Risque informatique

Comment arriveriez-vous à travailler sans email, sans téléphone, sans internet ? Difficile lorsque l'on travaille en Supply Chain. Et pourtant, personne n'est à l'abris d'une panne informatique. Des solutions existent pour se prémunir de cette situation, mais afin de mettre en place un plan d'action vous devez avoir au préalable identifié ce risque dans votre analyse.

Une panne d’électricité de 24 heures dans une PME représente plusieurs centaines d'euros de perdus. Cette même coupure dans un groupe industriel qui fait 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, 200 salariés, c'est 400 000€ qui partent en fumée. Face à ce risque, un investissement de plusieurs milliers d'euros dans un générateur de secours peut s'avérer être une bonne solution.

Le risque informatique n'est pas conventionnel en Supply Chain, nous sommes davantage habitués aux risques fournisseurs ou encore produits. Toutefois ce sont des paramètres à prendre en compte lors de l'analyse des risques.

Risque technologique 

Ce risque n'est pas très important mais il est tout de même à considérer dans l'analyse des risques. Le plus célèbre étant le bug de l'an 2000. Lorsqu'ils ont été conçus les ordinateurs et logiciels intégraient des dates à 2 chiffres. (1989 = 89). Sauf qu'en passant à l'an 2000 les informaticiens prirent peur : que se passerait-il si les logiciels considéraient que l'on était revenu en 1900 ? Le scénario du pire imaginé : des centrales électriques qui ne fonctionneraient plus, donc plus d'électricité, plus d'eau. Il s'agit donc bien ici d'un risque produit lié à une erreur majeure de conception.

En conclusion cela signifie que vous pouvez avoir un risque fournisseur qui s'applique sur plusieurs produits et vice versa, avoir un risque lié au produit que vous retrouvez chez plusieurs fournisseurs. Pour l'acheteur qui souhaite identifier ses risques cela demande donc de la rigueur et une bonne méthodologie. Nous verrons à la suite de cette formation quels outils utiliser dans cette démarche. 


Autres risques

Votre entreprise peut être touchée par une multitude de risques. Comme expliqué précédemment, il ne s'agit pas de vous donner une liste exhaustive, ce serait impossible, mais alimenter votre réflexion afin de stimuler votre créativité pour apporter le plus d'éléments possibles à votre analyse des risques. Vous pouvez créer vous-même vos outils de diagnostic ou alors suivre l'article suivant afin de découvrir les solutions que nous proposons.

Identifier le risque est non seulement la première étape de l'analyse des risques mais aussi la plus importante. Si on oublie un risque et qu'il se produit cela peut engendrer de nombreuses pertes matérielles, financières voire humaines. Il est cependant compliqué d'être exhaustif, vous devez donc avoir une approche méthodique et passer chacun des axes en revue, vous aidant éventuellement des outils que vous verrez au court de cette formation. Si vous pensez avoir des lacunes sur certians sujets, impliquez le reste de l'équipe de la Supply Chain ou d'autres services de l'entreprise. Ils vous apporteront certainement une vision différente ainsi que des idées. 

Avez-vous fait une analyse des risques ?
15 votes · 15 answers

Notre prochain article :
Méthodologie de la gestion des risques  
Un article qui vous donne des outils de diagnostic et une méthodologie afin d'évaluer le risque qui vous entoure. 

Méthodologie de la gestion des risques

La gestion des risques vous intéresse ? 

La gestion des risques vous intéresse réellement ? Pourquoi ne pas télécharger gratuitement notre livre blanc pour disposer d'une méthodologie complète et détaillée sur la gestion des risques ? L'ensemble de la méthodologie FCA y est traitée, accompagnée de nombreux exemples. 

Vous pouvez également visiter notre hub sur la gestion des risques. Un ensemble d'articles et de ressources vous y attendent. 

>