Archive

Category Archives for "Logistique"

redémarrage COVID

Supply chain, préparer l’après covid-19



Tout le monde s’accorde à dire que l’évènement COVID-19 est une crise unique en son genre. En tant qu’experts de la supply chain nous avons voulu synthétiser les actions et outils à déployer pour gérer votre supply chain post covid-19.
Comment traiter l'activité - qu'elle soit à l’arrêt (pensez à la reprise…) au ralenti ou en expansion - dans cette situation inédite de confinement ?

Pourquoi préparer votre supply chain à l’après covid-19

L'objectif de notre article est :

  • Axer l'action de l'entreprise sur les éléments clés afin de concentrer l’énergie sur l'essentiel.
  • Définir des priorités pour éviter la dispersion et les déperditions
Formation à la logistique

La période actuelle met en avant la complexité et met à rude épreuve nos organisations industrielles et de distribution. C’est le moment de comprendre que la Supply Chain prend tout son sens et n’est pas qu’un concept à la mode.

Dans les prochaines semaines vous devriez faire face à 2 types de situation en fonction de votre entreprise

  • Votre activité est fortement sollicitée car essentielle - vous êtes en ce moment dans l'action - vous avez probablement peu de temps pour vous poser mais vous pouvez sous-traiter la partie analytique dont nous parlerons par la suite 😉
  • Cas certainement plus courant : votre activité est au ralenti - voire même à l'arrêt. Il vous faut anticiper le déconfinement et mettre à profit cette période de ralentissement pour traiter certains sujets qui vous aideront à redémarrer dans de meilleures conditions - de façon pragmatique et organisée.

Ce sont les sujets que nous avons prévu de couvrir dans cette suite d’articles : préparer puis redémarrer l’activité de façon structurée en mettant sous contrôle votre Supply-Chain.

Pour tout savoir sur la logistique découvrez notre formation à la logistique

Comment préparer le redémarrage de la supply chain ?

Notre tout PREMIER conseil est nommez un capitaine du navire afin de coordonner les nombreuses actions qui pourraient être en contradiction les unes avec les autres. Il vous permettra de garder le cap et de garder la vue d’ensemble au moment des décisions.
Voici ce qu’on a souvent pu observer (caricature 🤔?) dans les organisations avant cette période de crise inédite (non exhaustif 😉) :

 Les fonctions de vente - commerce et marketing - drivées par le CA et parfois optimistes dans leurs prévisions, souhaitent maintenir au catalogue des moutons à 5 pattes pour se      garder l’opportunité de les vendre.

 Les fonctions de production, drivées par les coûts fixes et parfois désabusées, préfèrent produire des articles faciles à fabriquer, en grande quantité pour écraser les coûts.

 Les fonctions qualités, drivées par la conformité des produits et plutôt perfectionnistes, souhaitent respecter les spécifications à 100%, quel que soit le délai.

Les fonctions logistiques, drivées par les coûts de distribution et souvent débrouillardes, complètent les camions avec ce qu’elles peuvent, quitte à déshabiller Paul pour habiller Jacques.

Le fournisseur - lui - nous livre ce qu’il a réussi à produire.

Et finalement, le client surprend tout le monde avec une commande à laquelle personne ne s’attendait.
Vous l’aurez compris en ces temps de crises - l’importance de mobiliser les efforts, de se coordonner pour accomplir les mêmes priorités. Mais quelles sont ses priorités ?

Comment prioriser ses actions ?

La priorisation de vos actions doit être dictée par les besoins réels de vos clients. Pour cela il est primordial d’avoir une bonne visibilité de ce qu'ils veulent : Customer 1st !

Plutôt qu'une explication en 500 mots, nous vous proposons un schéma des actions à mettre en place avec vos clients :


  1. Analyser le carnet de commande en cours pour prioriser les appels aux clients
  2.  Appeler les clients de façon méthodique et revoir avec eux :
  • Quels produits, quels besoins, combien, et pour quand ?
  • Prioriser et hiérarchiser les besoins : criticité
  • Mettre à jour le carnet de commandes et le prévisionnel        

            3Transmettre le carnet de commande nettoyé et le prévisionnel




Prioriser ses action

Tous dans la même direction

Parler avec son Client l’appeler et collaborer avec eux - c’est le 1er maillon de la Supply-chain étendue.
 Par contre, n’envoyons pas nos commerciaux et ADV au casse-pipe ! Pour qu’ils puissent prendre des engagements sereins avec les clients, il est capital d’avoir une bonne vision des ressources internes. C’est ce que nous vous proposons de faire, avec méthode et pragmatisme !

1/ Analyser ses ressources internes - par où commencer ?

Dans le cadre du redémarrage de l’activité, il faudra trouver l’équilibre entre les besoins et demandes clients et la santé financière de l’entreprise.
C’est le moment de faire le point sur votre portefeuille produit et de le rationaliser.
 Pour ce faire, il faut connaître la contribution de chaque produit à l’entreprise, générateur de CA pour la trésorerie, de marge pour les investissements, ou de volumes pour l’amortissement des coûts.
Comment connaître la contribution de vos produits à la santé de votre entreprise ?

C’est le moment de sortir et de dépoussiérer notre ami Pareto !!!
C'est quoi Pareto ? La réponse ici

A cette étape, vous connaissez les besoins de vos clients et la contribution de vos produits à l’entreprise. En fonction de votre situation à la reprise et de vos objectifs, la combinaison de ces différents points de vue vous permettra d’établir les priorités claires pour votre entreprise.
Quelle que soit votre situation à la reprise, ne pas perdre d’énergie et de ressources à faire des choses inutiles et CONCENTRER LES EFFORTS sur ce qui aura été identifié comme important pour l’entreprise.

Un schéma pour résumer l'équilibre à atteindre :

2/ Analyser ses ressources internes - par où continuer ?

 Votre inventaire de stock bien sûr !!! Les conditions idéales pour le réaliser sont : la faible activité, la disponibilité du personnel et du temps (On ne parle pas là bien sûr des entreprises qui ont mis en place les inventaires tournants - Graal de la justesse des stocks …) Selon votre situation, il est possible que ces conditions soient réunies. Pourquoi ne pas vous y mettre ? Quoi qu’il en soit, la justesse de votre vision des niveaux de stock est un incontournable pour prendre vos engagements et les tenir.

 Et enfin, la situation actuelle a des répercussions sur les capacités à produire et à livrer (contraintes sanitaire, distanciation, télétravail, garde d’enfant etc…). Réévaluez vos ressources et vos capacités en prenant en compte ces nouveaux paramètres.

3/ Mettre en œuvre les priorités

 L’état des lieux est dressé, vos priorités sont claires. Tout l'enjeu pour votre organisation est maintenant d’aligner et de mobiliser les ressources internes sur la même vision pour passer à la mise en œuvre sur le terrain. Nous vous parlions initialement de l’importance de nommer un pilote dont le rôle prend tout son sens pour la coordination globale de vos opérations.

 Quelques liens utiles vers des outils d'analyse de données : PowerBI, KlikView, Power Query (Excel)

La boucle est bouclée

Collaborer avec vos clients semble logique pour avoir une vision claire de leurs besoins, mais il faut également faire le point sur vos ressources internes VS les besoins de ces clients, afin d’établir vos propres priorités. Grâce à votre pilote, tout le monde est aligné sur les actions à mener.
Vous voyez où nous voulons en venir… il ne manque plus que la vision des capacités de vos fournisseurs, 3ème maillon de votre supply-chain étendue !

1/ Vos fournisseurs : variable d’ajustement ou véritables partenaires ?

 Tout comme la vision des besoins de vos clients est capitale pour vous, celle de vos besoins qualifiés est essentielle pour vos fournisseurs. C’est votre capacité à leur fournir les bonnes informations qui leur permettra de répondre au mieux à vos demandes. 

En effet, les relations avec nos fournisseurs sont parfois tendues et nourries d’incompréhensions. Nous attendons d’eux qu’ils exécutent nos demandes, mais nous oublions le rôle capital que nous jouons dans leur niveau de performance.

 Pour illustrer le propos, nous vous proposons une courte vidéo d’illustration de l’effet Bullwhip, déjà bien connu, pour prendre conscience du rôle que nous jouons dans la chaîne.
https://www.youtube.com/watch?v=NS4mdtoxCy4
Misez sur vos fournisseurs en tant que partenaire - au sens véritable du terme - en les intégrant à votre démarche supply chain, vous en serez les premiers gagnants !

2/ Bouclons la boucle !

La vision claire de vos besoins (issue de vos clients), permettra à vos fournisseurs de vous donner en retour leur capacité à répondre à vos demandes.
Le schéma ci-dessous synthétise la boucle de communication à instaurer

🛎️ Instaurer une relation de partenariat avec vos fournisseurs signifie ne pas les prendre uniquement pour une source de coût ! “Nous avons les fournisseurs que nous méritons”
Passer de la relation “je demande - tu dois me livrer” à une relation d’échange et de partage de l’information pour aider votre fournisseur à comprendre vos demandes, à les prioriser et à les suivre. → cela ne vous rappelle rien ? Oui, c’est ce que nous proposions de mettre en place avec vos clients dans le maillon #2.
La crise, va probablement fragiliser certains de vos fournisseurs. Mais vos pérennités communes sont parfois liées. Vous avez besoin d’eux pour livrer vos clients, ils ont besoin de vous pour vivre.
En fonction de votre propre situation et moyens, quelques pistes de collaboration approfondie avec vos fournisseurs existent :

  • Mise à disposition de moyens humains
  •  Assistances / Conseils techniques
  •  Facilités de paiement
  • Investissements communs

 Félicitations, vous avez initialisé la mise en place d’un process S&OP au sein de votre supply chain étendue en y intégrant vos partenaires clients et fournisseurs !


Conclusion, la supply chain post covid19

⚠️ La crise que nous traversons nous oblige à travailler de façon solidaire et en collaboration avec nos partenaires. Elle met en avant les interactions fortes qui existent entre les parties prenantes. Il faut voir cette période comme une opportunité ! Et si vous en profitiez pour appliquer ce mode d’organisation de façon permanente, comme une routine d’organisation ?

🙏 Merci de nous avoir suivis jusqu’ici… n’hésitez pas à poser vos questions en commentaire

🔗 Maillon 1 de votre supply chain étendue : vos clients → check✔️

🔗 Maillon 2 de votre supply chain étendue : votre entreprise → check✔️

🔗 Maillon 3 de votre supply chain étendue : vos fournisseurs → check✔️

Et en attendant, prenez soin de vous et de vos proches.

Formation à la logistique


Qui sommes-nous ?



Jérôme DUMAS,Consultant indépendant chez SCM OPTIMUM,Plus de 20 ans d’expérience en Supply Chain, en tant que consultant et opérationnel. J’ai construit mon expérience professionnelle dans une logique d’intégration des composantes de la Supply Chain de l’amont vers l’aval. J’apporte une vision globale afin de remonter aux sources des sujets à traiter. Ma valeur ajoutée: Fluidifier les relations entre les différents services, afin de créer une réelle coopération entre les différentes équipes et départements.


Cécile Gain, Senior Consultante chez Forizons - 14 ans d’expérience opérationnelle au sein de la supply-chain. Experte de la relation client, gestion et administration des commandes clients, sujets de planification et approvisionnements fournisseurs. Grande expérience du management direct d’équipe mais aussi du management transverse lié à la gestion de projet.



 Géraldine Vieillard - Senior Manager chez Forizons - 14 ans d’expérience de la Supply-Chain a des postes opérationnels au sein de Supply-Chains industrielles et de Distribution et dans le conseil aux entreprises. Experte des sujets de transverses de planification (S&OP - prévision des ventes - optimisation des niveaux de stocks - planification des besoins - gestion des approvisionnements fournisseurs).


Coronavirus

Coronavirus

COVID-19 faut-il craindre le risque de pénurie ?  

​ 


Emmanuel MONLEAU
Consultant formateur en supply chain 
JÉRÔME DUMAS
Consultant en supply chain 

Ou ce que nous apprend un virus de quelques centièmes de micron sur la faiblesse de notre économie mondialisée.Au-delà de la crise sanitaire, le COVID 19 nous expose à une crise économique majeure. Une des raisons qui inquiète les entreprises Françaises et européennes est le risque de rupture d’approvisionnement. Regardons cela en détail.

Notre dépendance à la Chine

Nos économies occidentales sont très dépendantes de la Chine d’un point de vue industriel. En effet cette dernière concentre près de 30 % de la production manufacturière mondiale. Les secteurs les plus sensibles sont l’électronique et l’informatique, la pharma, l’automobile (où les chaînes d’approvisionnement sont très complexes) mais aussi le textile, …

De façon plus anodine un secteur comme l’ameublement (canapés, meubles…) est également sous forte dépendance de la Chine même s’il est moins stratégique que les précédents.

Selon une enquête menée par le Syndicat National de Sous Traitance Electronique (Snese) la Chine monopoliserait 80% de la production 

mondiale de circuits imprimés. Or on en retrouve dans ABSOLUMENT tous les produits électroniques, les fermetures d’usines à cause de la pandémie mettent à mal l’économie de ce secteur.

Formation à la logistique

Quel impact sur nos entreprises à court terme ?

La chaîne d’approvisionnement (Supply Chain en Anglais) regroupe l’ensemble des activités (nous parlerons de maillons) qui permettent d’amener un produit et/ou ses composants d’un point A à un point B, du fournisseur au client.
Avec l’économie mondialisée on dit que la supply chain est la colonne vertébrale de l’économie. En effet, même si de nombreux produits restent fabriqués en Europe, ils sont en fait assemblés en Europe à partir de composants qui viennent du monde entier, dont une partie de chine.

L’Europe va-t-elle être en rupture ?

Oui, très certainement d’ici Avril.

Comme chaque année la Chine a fermé ses usines pour 2 à 3 semaine en Février, pour cause de nouvel an Chinois. Les importateurs européens ont l’habitude et comme chaque année ils ont constitué des stocks pour anticiper cet événement qui met le pays à l’arrêt. Mais avec le risque de propagation du virus et les mesures de confinement les entreprises Chinoises ont fait face à des pénuries de personnel et n’ont pas pu reprendre le travail après le nouvel an chinois. Depuis fin février les usines tournent au ralenti, incapables de satisfaire la demande et de livrer les clients.

Mais avec 6 semaines de délais d’acheminement (c’est le temps moyen que met un container pour transiter par la mer de la Chine vers l’Europe), les marchandises expédiées AVANT le nouvel an chinois sont à peine en train d’arriver en Europe. Les grossistes et détaillants disposant encore de stock fraîchement livré, ils sont encore en mesure de satisfaire la demande du marché européen pendant quelques semaines. Mais en l’absence de nouvelles livraisons (rares sont les containers qui ont pris la mer depuis le mois de février) le risque d’une rupture d’approvisionnement est imminent.

Dans les semaines qui viennent la plupart des industriels Européens vont écouler leur stock de composants et continuer d’honorer leurs commandes clients, mais pour certains secteurs cela pourrait être plus compliqué. C’est le cas de l’ameublement par exemple ou du mobilier de bureaux. De nombreuses entreprises ne sont plus en mesure de garantir à leur client des délais de livraison. Leur capacité à honorer les commandes dépend des arrivages de matière première ou de composants.
Nous envisageons donc, à des échéances différentes, une situation majeure de rupture de chaines d’approvisionnement dans le secteur industriel.
Ces éléments sont à nuancer car les impacts sanitaires du virus viennent ralentir la consommation et donc la demande. Les démarches de confinement des salariés atteints par le Coronavirus vont aussi ralentir le fonctionnement des entreprises et pourraient limiter l’impact global de la pénurie.

Faut-il se constituer un stock de denrées alimentaires en prévision ?

NON, Ce qui est vrai pour les composants électroniques et les produits industriels n’est pas vrai pour nos denrées alimentaires. En effet ces produits sont pour la plupart fabriqués en France et en Europe, même avec le stade 3 de la pandémie et le pays en confinement (comme l’a été la Chine), nous mettrions des mois avant de ressentir les pénuries sur ces produits. Sauf si tous les consommateurs achètent en masse ces produits, font des stocks et enrayent la machine…
 On appelle cela l’effet coup de fouet (le fameux Bullwhip Effect). Le Bullwhip Effect c’est l’amplification d’un petit mouvement à l’un des bouts de la chaine (les clients) qui se transforme en une grosse variation à l’autre bout (la production).

Pour tout savoir sur la logistique découvrez notre formation à la logistique

La théorie du Bullwhip Effect

 Il est lié au fait que chaque maillon d’une chaîne logistique a besoin d’un niveau de stock élevé pour anticiper au maximum l’incertitude de la demande et ainsi éviter des ruptures de stock. Cette variabilité de la demande va produire d’importantes fluctuations au niveau des commandes des différents maillons de la chaîne logistique.
Ce phénomène engendre donc un niveau de stock élevé et excessif à tous les niveaux d’une supply chain ainsi qu‘un mauvais niveau de service ce qui à terme, affectera la rentabilité de l’entreprise. Les raisons de cette variabilité de la demande sont diverses. Les plus communes restent le manque de communication entre les différents acteurs et le non-partage de l’information donc de la prise de décisions sur la base d’informations erronées et/ou incomplètes.
En voici une explication humoristique : https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=NS4mdtoxCy4

Un autre phénomène se produit également en période de crise de l’offre, comme nous la connaissons actuellement, c’est la théorie développée par Yossi Sheffi professeur au MIT. Les vendeurs passent des « ordres fantômes ». Ils génèrent des commandent à tous leurs fournisseurs à des niveaux supérieurs à leur besoin. Imaginant ainsi être livré d’une partie de chaque ordre. Ceci crée une désorganisation globale de la Supply Chain avec des à-coups de demande chez les producteurs. Au final les vendeurs se retrouveront avec des niveaux de couverture de stock bien supérieurs à leur besoin lorsque la situation sera revenue à la normale, simplement parce qu’ils ne pourront pas annuler les commandes en excédents.

Exemple des pâtes

Dans notre cas, les distributeurs/grossistes voient leurs ventes exploser (puisque certains magasins sont pris d’assaut). Pour faire face à la demande ils souhaitent donc augmenter leurs stocks et envoient un afflux de commandes aux producteurs. Mais n’ayant pas prévu cette augmentation de la demande le producteur ne dispose pas des stocks de matière première suffisants pour produire et il ne peut pas honorer les commandes.

Le producteur commande donc en grosse quantité de la matière première, charge son usine afin de produire ces nouveaux besoins émis … et pendant ce temps là les grossistes et distributeurs ont tendance à continuer à commander en grande quantité.
Lorsque l’autre bout de la chaîne la frénésie de consommation se calme, les commandes passées par tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement ne peuvent plus être annulées ! Elles seront donc produites, livrées et stockées … le temps d’écouler toute cette marchandise.
Pendant ce temps ils ne passent plus de commande à leurs fournisseurs, qui après une période de frénésie de production se retrouvent avec un creux de demande, mais des frais fixes à payer (salaires, usines, …) donc une situation financière difficile à gérer.
C’est donc le consommateur, en augmentant son panier moyen de 50% afin de faire du stock de denrée alimentaire … qui crée la situation de pénurie. Ces à-coups de consommation créent un effet coup de fouet qui peut déstabiliser les prévisions faites par les entreprises et impacter la chaîne d’approvisionnement.

Notre dépendance industrielle aux produits Made in China

Alors pourquoi nos économies ont-elles externalisées en Chine une partie importante de leur chaîne de valeur ? Les raisons sont multiples.

Prenons les médicaments, on trouve 80 à 85 % de principes actifs chinois dans le paracétamol et la pénicilline. La dernière usine européenne de paracétamol a fermé en 2008 à Roussillon. Dans ce cas précis, les industriels ont délocalisé la production afin de se rapprocher des fournisseurs de matières première (les principes actifs), mais aussi pour bénéficier d’une main d’œuvre bon marché et pléthorique et s’affranchir de coûteuses normes environnementales…

Le textile et l’habillement faisaient partie des tous premiers secteurs ayant été relocalisés en Chine lors de la forte diminution des droits de douane par l’Europe dans les années 1990. Les fameux TSHIRT à 1€ ne pouvaient que mettre à mal une industrie européenne dont les niveaux de coûts de la main d’œuvre étaient sans commune mesure avec ceux de la Chine. Revers de l’histoire ou stratégie de montée en gamme, la Chine désormais externalise elle aussi la fabrication de ces produits dans les pays périphériques (exemple le Vietnam) car la main d’œuvre y est moins chère … 

Au-delà de ces circuits, ce sont également les choix de conception qui orientent le lieu de production. Prenons Apple, ses produits sont en parti assemblés avec de minuscules visses dont la mise en place n’est à priori pas méconnaissable. C’est donc en Chine qu’il peut trouver les « petites mains » pour assembler ses iphone, ipad et consorts. Samsung a fait le choix de coller la plupart des éléments de ces smartphones ce qui rend l’automatisation de l’assemblage plus aisé. Ce choix leur a permis de ne plus produire aucun téléphone en Chine.

La Chine a de surcroît constitué un monopole sur les terres rares. Il y en a de partout, du pot catalytique de votre voiture en passant par votre smartphone et la batterie de votre voiture électrique. L’immensité de son territoire lui donne accès à de nombreuses matières premières qu’elle propose au départ à prix cassé afin de réduire l’intensité concurrentielle pour ensuite les remonter lorsque cette dernière lui est favorable. Voir notre article sur le sujet. https://formation-achats.fr/processus-achats/le-marche-des-metaux-rares/

En synthèse Pourquoi la chine est-elle devenue l’usine du monde ?

  • Une main d’œuvre abondante et pas chère (c’est de moins en moins le cas)
  • Des matières premières accessibles
  • Des moyens de productions mutualisés entre les donneurs d’ordre (nous y revenons plus loin)
  • La réactivité dans la conception et la production
  • La qualité, et oui, qu’ont en commun les iphones les canapés Ligne Roset ? Ce sont des produits de qualité, fabriqués en Chine.

Quels enseignements tirer de la situation

Pour l'économiste Christian Saint Etienne, cette crise doit enclencher une réflexion sur notre dépendance à l'industrie chinoise. "Je pense que les entreprises doivent inclure des exigences de diversification des sources d’approvisionnement parce que ces ruptures vont se multiplier", précise l'économiste. "C’est un nouvel avertissement, mais il faut espérer que cette fois il sera entendu et compris."

L’idéal serait de trouver pour chaque source asiatique d’approvisionnement une alternative équivalente en Europe. C’est aux donneurs d’ordre de faire cet exercice, car les sous-traitants, ne font qu’acheter les composants qu’ils ont choisis. Les secteurs de l’aérospatiale et militaire l’ont déjà fait. Aux industriels des autres secteurs de le faire aussi : la balle est dans le camp des donneurs d’ordre.

Cela dit chercher un fournisseur alternatif nécessite du temps et entraîne des coûts supplémentaires. Dans l’automobile, cela peut prendre plus d’un an pour des outillages. Pour une pièce d’avion, il faut quatre ans pour qu’elle soit qualifiée… Pour d’autres secteurs, comme l’habillement, c’est beaucoup plus rapide. On peut facilement faire fabriquer de petites séries, mais c’est plus cher. Mais de nouvelles tendances apparaissent vers une chaine d’approvisionnement locale et maitrisée. C’est le cas du teeshirt à 24€ de democratee, ou de jeanfil qui produit des polo fait à 100% en France (du coton récolé dans le Gers, au tissage dans les Vosges).
Autre idée, intégrer le prix de la tonne de carbone dans une production, ainsi cela pourrait devenir rationnel de produire près de chez soi. Cela doit se décider au niveau Européen pour plus d’efficacité. La Commission européenne a d’ailleurs un projet de mécanisme d’inclusion carbone. Cela figure dans le « green deal » d’Ursula Van der Leyen qui s’est engagée à faire des propositions dans l’année.

D’une façon plus pratique, l’initiative de Sanofi de créer un leader européen des principes actifs doit aller à son terme, cela lui permettrait de créer un fournisseur local en mesure de satisfaire sa demande. D’autres industriels pourraient rejoindre ce projet et contribueraient à relocaliser sur le territoire européen la production de ces principes.
N’oublions pas que la force des entreprises Chinoises est également d’avoir des usines multi clients. Prenons l’exemple des meubles, une usine va produire pour Ligne Roset, But, IKEA, ... Et c’est la même démarche dans les usines de smartphone, automobile ou d’ordinateurs. Si nous faisions de même en Europe nous pourrions probablement améliorer notre productivité coût tout en améliorant les lead time (délais de mise à disposition à réception de commande).

Pour tout savoir sur la logistique découvrez notre formation à la logistique

La réglementation aussi doit jouer son rôle comme par exemple la nouvelle obligation faite aux groupes de pharma de créer des stocks en France.

Un article de Bank of America de 2019 décrivait une tendance/réflexion de fond amorcée quant au repositionnement de certains maillons de la Supply Chain dans les marchés de consommation. Cependant, cette tendance est plutôt nord-américaine car 83% des entreprises européennes interrogées annonçaient n’avoir aucun plan dans ce sens.

Les éléments de justifications mis en avant dans l’article  Bank of America de 2019 étaient :

  • La hausse des tarifs douaniers
  • L’augmentation du coût du travail en Chine
  • La réduction de l’empreinte carbone
  • Le rapprochement de la production de la consommation afin de gagner en réactivité (en agilité pour être à la mode !)

Afin d’absorber une partie des surcoûts de la relocalisation les entreprises US mettaient en avant l’automatisation et la mécanisation.
Cependant, Il y aurait un obstacle de taille concernant le coût, comme l’explique Richard Crétier (Délégué Général du SNESE) "Les donneurs d’ordre doivent cesser de réclamer une baisse des coûts à leurs sous-traitants. C’est cette course aux prix les plus bas qui nous a conduits dans la situation actuelle de dépendance vis-à-vis de Chine. Nous devons profiter de cette crise pour réfléchir ensemble sur la façon de redonner à la France son indépendance."

Si le coût est encore un élément structurant du choix de la Chine comme pays de production ce n’est pas le seul. Comme nous l’avons vu plus haut dans l’article, les chinois ont acquis un savoir-faire qui les rends incontournables sur certaines techno (les batteries).
Mais rien n’est perdu, il faudrait juste faire preuve de pragmatisme et nous ouvrir à de nouveaux modes d’achats.


Service de transport porte à porte

Services Porte à porte

Service de transport porte à porte 


​​Nicolas Rhamé
Expert logistique 

Nous savons que le choix de l’option pour votre expédition variera en fonction de votre entreprise et de vos besoins. Il existe de plusieurs options, il sera donc important de réfléchir à la méthode d'expédition que vous souhaitez utiliser : voie maritime, voie aérienne classique, service Express… Outre la méthode de transport, il faudra naturellement choisir le partenaire logistique qui prendra en main les opérations. DocShipper (auteur de cet article) vous propose ces services porte-à-porte depuis / vers l’Asie, une solution « tout-en-un » qui inclut l’ensemble des opérations nécessaire pour importer / exporter vos produits.

Méthodes d'EXPÉDITION d’Asie 

Il y a plusieurs façons d'expédier des biens. Vous pouvez les envoyer par mer, air ou voie postale.
Selon la nature des biens et l'endroit où vous devez l'expédier, vous devrez peut-être considérer différentes options qui peuvent être très différentes en termes de frais de transport ou de temps de transit.

Formation à la logistique

Expédition par courrier 

Si vous choisissez un service de courrier express comme DHL, FedEx, UPS (qui est le choix le plus courant pour ceux qui débutent), vous pouvez être assuré que votre colis est entre de bonnes mains.

Vous bénéficierez également de délais de livraison plus rapides et de fonctionnalités de suivi en ligne. La plupart des envois peuvent arriver à l’autre bout du monde en moins d’une semaine, ce qui est un énorme avantage si vous vous inquiétez des longs délais d'expédition avec d'autres options.Le choix de cette option sera probablement plus coûteux, car vous payez pour la commodité, les délais et l’ensemble des infrastructures de la « courier company ».

    Pourquoi choisir une entreprise de courrier ?

      Le coût variera en fonction du poids, mais cela est vrai pour toute option d'expédition. Cette option vous donnera une livraison sûre et                 transparente qui ne nécessitera une signature qu'une fois le colis livré.Dans la plupart des cas, l'utilisation d’une « courier company » est           sûre, fiable et rapide, ce qui est un avantage non négligeable.

Expédition par fret aérien 

Vous pouvez également choisir le fret aérien pour acheminer vos colis là où ils doivent aller. C'est une bonne option pour ceux qui ont des exigences de poids trop importantes pour les « couriers companies ».Dans le fret aérien classique, vous exploitez l’espace disponible sur des compagnies aériennes comme Air FranceAir China

    Obtenez les meilleurs tarifs pour FRET aérien d'Asie

       Le coût d'expédition par fret aérien est généralement beaucoup plus faible que les services de messagerie, ce qui peut être un avantage,           surtout si vous avez un volume conséquent.C’est une très bonne option pour les expéditions qui ont des délais serrés ou ont besoin                 d'un niveau de sécurité plus élevé.L'expédition par fret aérien dépend de l'endroit où elle va, et le calendrier des compagnies aériennes           atteindra généralement sa destination dans les 2-10 jours, ce qui est très rapide pour une expédition.
       Une fois que les colis ont atterri, il y a quelques étapes supplémentaires gérées directement avec les douanes qui devront être traitées.             Faites appel à un professionnel comme DocShipper pour vous accompagner sur cette étape car contrairement aux « courriers                          companies», nous vérifions l’ensemble de la documentation afin d’être sûres que vos produits soient conformes à la régulation du pays de          destination.   Notez que les « courriers companies » incluent l’ensemble du processus (dédouanement inclut) dans leur offres .


Expédition par voir maritime 

L'autre option consiste à envoyer vos marchandises par fret maritime,bien que cette option puisse prendre plus de temps (20-60 jours en moyenne selon l'endroit où vous vous trouvez et où cela se passe), c'est une méthode d'expédition idéale pour ceux qui ont une grande quantité de marchandises à expédier. C’est tout simplement la méthode de transport la plus compétitive sur le marché.Dans le fret maritime, vous exploitez l’espace disponible sur les bateaux (ou plus connus sous le nom anglais de « shipping line ») comme Maersk, MSC, CMA-CGM

      LCL – Groupage maritime

Le groupage maritime est l’une des méthodes d’expédition les plus populaire. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle est la méthode la plus compétitive pour un certain volume, généralement compris entre 2m3/ 3m3 et 15 m3. Le principe est assez simple, vous n’avez pas assez de volume pour remplir un container entier, vous devrez donc partager votre container avec d’autres expéditeurs.
Notez que pour les volumes plus faibles que 2m3/ 3m3, la voie aérienne sera plus compétitive (et plus rapide). Jeter un œil sur notre tableau comparatif plus bas dans l’article.

      FCL – Container entier

Enfin, vous avez un volume supérieur à 15m3 ? La meilleure option sera d’expédier vos biens dans un container entier. C’est une méthode fiable et compétitive qui vous offre beaucoup de flexibilité. Le container est scellé au départ et sera rouvert une fois arrivé à destination (sauf inspection des douanes).

Voici plus de détails sur la taille des containers

différent type de containers
pourquoi LE FRET MARITIME EST-IL LA MÉTHODE D'EXPÉDITION la PLUS COURANTE UTILISÉE PAR LES EXPÉDITEURS ?

Une autre raison pour laquelle il s'agit d'un bon choix est que les types de marchandises et de colis envoyés par cette méthode sont divers et varient considérablement.C'est l'une des options les plus utilisées en logistique, car elle est flexible et peut transporter quasiment tous les types de marchandises. Avec ce mode, vous devrez également vous occuper du dédouanement et de la documentation et une fois que vos marchandises atteindront le port, vous devrez trouver comment les acheminer du port à votre entrepôt.

EST-IL POSSIBLE DE COMBINER DES MÉTHODES DE TRANSPORT ?

Une combinaison de ces méthodes d'expédition peut être utilisée pour acheminer vos produits d'Asie vers leur destination, c’est d’ailleurs ce que nous appelons le fret multi-modal.Chaque plan d'expédition sera différent et pourra être déterminé par le coût, les délais d'expédition, la sécurité requise pour votre bien ou la taille de votre envoi.Ces frais d'expédition constitueront une grande partie du budget global de votre produit et vous ne devez jamais les négliger lors de la budgétisation.

Ces prix et coûts peuvent changer, vous devez donc prévoir une marge de manœuvre. Cependant, notez que le fret multimodal est une méthode assez spécifique qui n’est généralement pas utilisée.

DEVRIEZ-VOUS UTILISER UN TRANSITAIRE POUR VOTRE GESTION D'EXPÉDITION ?

Il existe toutes sortes d'agents qui se feront un plaisir de vous avoir comme client.De nombreux importateurs inexpérimentés laisseront le fournisseur gérer toutes les expéditions et leur diront à quel port il doit se rendre et à l'adresse d'expédition, puis laisseront le fournisseur gérer le tout.
Cela peut être bon choix, ou se transformer en catastrophe (tout dépend de votre fournisseur). C'est bon dans le sens où c'est une chose de moins dont vous devez vous inquiéter, mais cela peut être mauvais, car vous pourriez finir avec des frais douaniers non anticipés, voire pires, une destruction de la cargaison si celle-ci ne peut être conforme aux normes locales.

Pour tout savoir sur la logistique découvrez notre formation à la logistique

MÉTHODE DE TRANSPORT – LA CONCLUSION

La plupart des expéditeurs considèrent la logistique comme une charge, et non comme une plus-value pour leur business. Voici un résumé de la meilleure méthode d’expédition en fonction du poids.


Poids volumétrique Vs poids brut

Avant de jeter un œil sur le comparatif, retenez bien ce qui suit : le transporteur basera son prix sur le poids le plus important entre le poids volumétrique et le poids brut.
Le poids brut est facile à connaître, c’est celui sur une balance (emballage inclut). Mais qu’en est-il du poids volumétrique ? C’est tout simplement un ratio (différents pour chaque méthode de transport) qu’il faut considérer en fonction du volume (en m3) :

  • Par service postal : 1 m3 = 200 Kgs
  • Par voie aérienne classique : 1 m3 = 167 Kgs
  • Par voie maritime : 1 m3 = 1000 Kgs

Comment expédier le moins cher possible ?

Voici un tableau qui résume la méthode de transport la moins chère en fonction du volume / poids :

*Les valeurs indiquées dans le tableau ne sont là qu’à titre indicatif. Les résultats peuvent varier en fonction de l’origine, de la destination et de la nature des biens.

 = Méthode d’expédition la plus adéquate

 = Méthode d’expédition possible

✘ = Méthode d’expédition non adaptée

DOCSHIPPER - UN EXPERT EN SERVICES PORTE-À-PORTE

DocShipper opère depuis de nombreuses années entre l’Asie et le monde entier. Cette expérience permet à notre entreprise de fournir des services porte-à-porte de l’Asie au pays de votre choix rapidement, facilement et efficacement.

QU'EST-CE QU'UN SERVICE PORTE-À-PORTE ?

Les services de porte-à-porte sont des services logistiques de bout en bout qui permettent de transporter vos marchandises de votre entrepôt/usine/domicile jusqu'à la destination finale convenue. Ces services, également appelés solutions de transport « tout compris » permettent à chaque client de confier sa marchandise à un professionnel pour une expédition réussie et efficace.

Dans le cadre de ces services, vous choisissez à la fois les lieux d'enlèvement et de livraison. Le personnel en charge de votre envoi prend entièrement en charge vos marchandises du début à la fin, en fonction de vos exigences et recommandations :
Vous choisissez le lieu de prise en charge : usine du fournisseur, entrepôt, port ou aéroport international
Vous choisissez le lieu de livraison final : votre entrepôt, votre client, votre maison…

Ces prestations s'accompagnent de toutes les démarches administratives complexes à respecter (dédouanement…) et vous permettent de faire livrer vos marchandises en toute quiétude.

DOCSHIPPER GÈRE TOUT POUR VOUS !

DocShipper s'engage à s'adapter à vos besoins et à offrir un service logistique sur mesure à chaque client. Nous pouvons récupérer vos marchandises à l'endroit de votre choix et livrer votre envoi partout dans le monde.
Vous êtes basé à l'étranger et vous ne souhaitez pas voyager en Asie ? Nos équipes vous fourniront un support en ligne complet. Nous organiserons le ramassage auprès de vos fournisseurs et la livraison à votre convenance.
L'inverse est également possible : le processus sera le même pour votre envoi depuis l'Europe vers l’Asie, et nous assurerons le même suivi permanent pendant tout le processus d'expédition.

Pour tout savoir sur la logistique découvrez notre formation à la logistique

COMMENT ÇA MARCHE ?

Pour chaque expédition, notre expertise est à votre service. Chaque étape de la chaîne logistique sera soigneusement gérée par un expert DocShipper, dédié à vous fournir un processus réussi et sans tracas :
Enlèvement et transfert de vos marchandises
Services d'emballage ou de stockage si nécessaire
Documents de transport (bordereau d'expédition, facture commerciale, connaissement, certificat d'origine…)
Manipulation, chargement et déchargement au port ou à l'aéroport, dédouanement à l'exportation et à l'importation.
Fret vers tous les ports/aéroports du monde
Livraison à votre adresse finale

Vous avez déjà une cargaison à expédier ? N’hésitez pas à remplir notre formulaire en ligne pour recevoir des prix de transport internationaux par nos experts DocShipper.

1

La Supply Chain ou la chaîne logistique en entreprise

La Supply Chain ou chaîne logistique


emmanuel monleau formation achats la supply chain

​Emmanuel MONLEAU 
Consultant formateur

Tous les professionnels s'accordent à dire que la Supply Chain est la colonne vertébrale de l'économie. Cela illustre l'importance de la chaîne d'approvisionnement. Les entreprises fonctionnent car elles sont capables de livrer leurs clients. Vice versa elles ne peuvent fabriquer de produit ou de service sans s'appuyer sur leurs fournisseurs. De fait, qu'elles soient grandes ou petites, les entreprises ont besoin d'avoir une chaîne logistique qui fonctionne si elles souhaitent travailler. Dans cet article nous allons rappeler quelques définitions sur cette Supply Chain. 

Management de la Supply Chain / chaîne logistique 

Formation Achats supply chain ou chaine logistique globale

Qu'est-ce que la Supply Chain ? Qu'est ce que ce terme représente ou englobe ?

Si l'on devait traduire en français le terme approprié serait chaîne globale d'approvisionnement.

C'est une approche systémique de l'ensemble de la chaîne logistique.

Elle regroupe l'ensemble des acteurs participant à la fourniture d'un produit, de la matière première jusqu'à son utilisateur final.

Formation à la logistique

La chaîne logistique couvre :

  • L’amont : par exemple les achats et les approvisionnements.
  • L’interne : la production, les flux de marchandises et les stocks
  • L’aval : la distribution des produits finis et leur expédition, gestion du transport et des spécificités de l'international.

Que vous gériez la chaîne d'approvisionnement d'une PME ou le service achats d'une multinationale il est primordial de comprendre cette structure globale et ses enjeux pour définir une stratégie sur le long terme.

Pour tout savoir sur la logistique découvrez notre formation à la logistique

La chaîne logistique va donc du "fournisseur du fournisseur au client du client" afin de couvrir l'ensemble des flux. On distingue 3 flux qui nous semblent primordiaux :

  • les flux physiques : ceux auxquels tout le monde pense : l'acheminement des matières premières, composants, produits... qui servent à la fabrication par exemple.
  • les flux d'informations : ils sont essentiels car une chaine d'approvisionnement qui ne communique pas c'est une chaîne logistique qui ne peut pas répondre à la demande. Pour que les flux physiques soient fluides il faut que le client ait envoyé des prévisionnels, avoir réservé du capacitaire auprès de ses fournisseurs et recevoir un accusé de réception pour s'assurer que la commande soit livrée dans les temps.
  • les flux financiers : comment l'argent va circuler entre les acteurs, sous quels délais, etc... De l'argent qui n'arrive pas au bon moment dans une entreprise c'est peut-être de la matière première que l'on ne pourra pas acheter, et par effet boomerang des produits qui n'arriveront pas chez le client.

La grande difficulté de la chaine d'approvisionnement c'est la fiabilité des prévisions. En effet, en début d'année au mois de janvier on ne connait pas quelle sera la consommation de crèmes glacées pendant l'été. Et pour cause cela dépend de nombreux facteurs : y aura-t-il plus de touristes en France que l'an dernier ? La météo sera-t-elle chaude et ensoleillée ou au contraire froide ? Toujours en début d'année combien doit on commander de crème pour assurer cette production ? Mes fournisseurs ont-ils assez de vaches pour soutenir les volumes ? De l'autre coté du globe où sont cultivés les plans de vanille, quelle quantité dois-je réserver ?

Cela est vrai à l'échelle de la France mais aussi à celle de chaque territoire. Comment répartir mes volumes dans chaque région en fonction de la consommation locale ?

Pour tout savoir sur la logistique découvrez notre formation à la logistique

Vous l'aurez bien compris, il est clairement difficile d'établir des prévisions. C'est pour cela que des hypothèses sont faites par le service marketing et votre métier est d'avoir une Supply Chain suffisamment réactive pour s'adapter aux changements.

>